Épisode 30: Plaisirs coupables

26 mars

Denise a fermé sa boutique. Le brake d’en arrière va rester collé, ou ben, comme a dit, le temps plus chaud va faire la job.

D’autres nouvelles aujourd’hui: La ville de Québec met à pied 2000 employés. On songe à mettre Montréal en quarantaine. Les Américains veulent placer l’armée à la frontière avec le Canada. L’Inde, au complet, est confiné. L’économie mondiale s’écroule. Les Terriens ne s’approchent plus l’un de l’autre à moins d’un (de deux) mètre. Juste ça! M’a dire comme le gars (qui a vu son entreprise perdre 90% de ses ventes en trois jours): c’est quelque chose!

* * *

Y’a un cycliste sur Facebook qui suggère de ne pas sortir en vélo à cause des risques d’accidents; ça encombrerait les hôpitaux. Une autre affaire! Moi qui avais déplogué mon Kona pour aller m’épivarder dehors. Ça me fait un peu chier. Le gars ajoutait qu’on devait être conscient que si on accaparait un lit, ou un médecin, ça pouvait vouloir dire un mort au boutte.

Culpabilité.

Ça commence la culpabilité. Ça commence, aussi, la surveillance. Les gens ont de plus en plus peur. Ça va passer des likes pour les chansons pis les photos de quand on était p’tits aux suspicions, aux dénonciations, à la délation. C’est humain. C’est la peur. Sans la peur, l’homo-sapiens ne serait pas là où il est rendu. La peur, c’est pour le meilleur (la survie) et pour le pire (la haine). Toute ne va pas toujours ben.

* * *

Je suis aller rouler quand même au risque d’avoir des faces de bonhomme fâché. Y’avait presque pas de chars. Je me sentais bien, en forme. La Montée de l’église vers Bonsecours m’a paru facile. Y faisait moins frette (mon frein a pas collé, tiens, tiens) . La lumière était belle, le ciel éclatant comme jamais.

Sur le chemin de l’aéroport, je suis arrêté jaser à travers le moustiquaire avec mes beaux-parents en quarantaine de snowbirds. Je vous dérange pas? Ça nous a fait rire. Ils allaient bien. Ça nous a fait du bien d’être dans le même air (on était ben loin). J’ai repris la route en prenant la longue et dure montée de la 222. Je suis arrivé chez nous affamé, juste comme les frites sortaient de la friteuse pour de la bonne poutine maison (j’aime ces derniers détails). On est passés à table. Ma blonde m’a servi -encore des faces de bonhomme fâché- une bonne pincée de frites. Ta sœur a appelé. J’ai relevé la tête. Ton père va bien. Je l’ai regardé. Tu devrais peut-être l’appeler.

J’ai baissé la tête, mis mon fromage pis la sauce sur mes frites pis j’ai mangé ma poutine. Était bonne.