Épisode 7: Confiance

1er janvier

Les minis pâtés à viande pis le bol de ships faisaient partie, hier, des cochonneries que je reluquais tout en expliquant mon projet aux mononcles pis aux matantes. Seigneur, les ours! C’est toujours la première réaction. C’est normal. J’y pense, moi aussi, à l’ours qui me prendrait pour sa crotte au fromage. Mais je pense surtout à mes 150 km par jour pendant 10 jours consécutifs chargé comme un mulet (pas pour rien qui faut que je perde du poids). Je pensais à ça pis à tout le reste dans le décompte festif d’hier alors que chaque seconde –sept!, six!, cinq!, quatre!…– me rapprochait du début d’un autre compte à rebours, plus personnel, que j’officialise en ce premier jour de l’an 2020: vingt-sept! Le nombre de semaines avant le grand départ pour la Baie James!

C’est dans cet esprit inaugural un peu puéril que j’ai chaussé mes skis ce matin dans les pistes bucoliques de Valcourt. Tassez vous les trucks, j’arrive! Ouvrez les vannes et partez les turbines! Je niaise un peu, je cabotine. Mais c’est avec un certain sérieux que je m’efforce de conscientiser et de protéger la motivation que je suis en train de retrouver. Croire que l’élan est pris, que le saut se fera et que ça continuera. Je veux marquer chaque jour, chaque entraînement, chaque kilomètre, chaque rencontre du sceau de la confiance. Je veux me servir des écueils et des doutes pour la façonner. Je veux construire un avènement. C’est simple, c’est de la création. Les explorateurs, les aventuriers et autres crinqués sont des créateurs. J’ai toujours pensé que le salut, le mien en tout cas, passait par la création. À ma mesure. À mon image.

Dans la piste de la Grande virée, j’ai rencontré Étienne. On s’était déjà croisés une ou deux fois sur la route ou dans les pistes, sans plus. Ce matin, on s’est arrêtés pis je sais pas pourquoi on a jasé longtemps. De vélo. Étienne a pédalé 7000 km en 2019. Il m’a raconté en riant une ride qu’il a faite qui s’est allongée jusqu’à atteindre 150 km. Il m’a raconté aussi les 2000 km qu’il a dû rouler en octobre pour atteindre son objectif de 7000 km. Étienne a 73 ans. Un vieil excessif inspirant. Quand je lui ai parlé de mon projet de rouler jusqu’à la Baie James en juillet, j’ai vu dans son regard qu’il comprenait. On a continué de jaser. Il n’a jamais été question d’ours.